Gwerz de Sébastien Le Balp


Jean Delalande, en 1936, compose Gwerz ar Balp (Complainte Le Balp), en hommage à Sébastien Le Balp, le chef le plus connu des célèbres Bonnets rouges, révoltés en l’an 1675. En fait la révolte, qui a concerné tout l’ouest de la France, était dirigée contre les taxes de plus en plus lourdes, que le pouvoir royal imposait. Il s’agissait, encore et toujours, de saigner le petit peuple.

Serge Kerguiduff, en 1977, publie l’album Chansons en vrac, qu’on peut écouter en partie sur ce site :

Paroles de Serge Kerguiduff – Gwerz De Sébastien Lebalp | Écoutez Serge Kerguiduff – Gwerz De Sébastien Lebalp en ligne (flowlez.com)

L’une d’entre elles, Gwerz de Sébatien Le Balp (Complainte de Sébastien Le Balp), est une reprise de celle de Jean Delalande.

Cette chanson fait donc œuvre de devoir de mémoire de notre humanité qui, répétons-le, ne s’est jamais résignée totalement, qui s’est redressée sans cesse… et l’a chanté.

Vous trouverez plein d’infos concernant cette lutte et Sébastien Le Balp sur wikipedia, ainsi que sur Wiki Monde :

https://wikimonde.com/article/R%C3%A9volte_du_Papier_timbr%C3%A9

Le site antiwarsongs, toujours très documenté, rappelle d’autres chansons intéressantes. On remarquera la cruauté de la délicate Madame de Sévigné !

https://www.antiwarsongs.org/canzone.php?lang=fr&id=1278

Comme à chaque fois que nous nous soulevons, la bourgeoisie prend peur et nous réprime férocement : viols, pendaisons, tortures, etc.

Mais nous n’oublions pas et nous leur ferons payer !

Allez on écoute la voix chaude de Kerguiduff :


Paroles

Gwerz de Sébastien Le Balp

Le soir a mis des rougeurs sur les ombres
Voici le temps venu d’une voix qui s’émeut
L’obscur se fait moins pesant près du feu
L’âge perdu vibre sous les décombres

En ce siècle XVII le roi Louis guerroyait
Les paysans pliaient sous l’impôt illégal
La nostalgie bretonne guettait les signes
De l’aube claire et du droit reconnu
Les hommes ont levé des poings déraisonnables
Le notaire à Carhaix s’est fait tête de bande
Et sonne le tocsin quand Sébastien Le Balp
Trace des sillons d’orage sur les murailles

 

Le soir a mis des rougeurs sur les ombres
Voici le temps venu d’une voix qui s’émeut
L’obscur se fait moins pesant près du feu
L’âge perdu vibre sous les décombres

Ça brûle et ça pille, ça réclame vengeance
Pour les mots abolis, pour les cordes usées
À tant tirer que la source a saigné
Les petras du Poher font sédition
Les marquis et les ducs sont hommes de dentelles
Tissées dans la prison de la peur et des ronces
Et Sébastien mène ses Bonnets rouges
Mutins têtus par les chemins fiévreux

 

Le soir a mis des rougeurs sur les ombres
Voici le temps venu d’une voix qui s’émeut
L’obscur se fait moins pesant près du feu
L’âge perdu vibre sous les décombres

Et Sébastien Le Balp mène ses Bonnets rouges
À l’assaut de l’État solaire autant qu’aveugle
Aujourd’hui Kergrist et demain Morlaix
Ah ! Si la révolte atteignait la mer !

Du château de Tymeur, tout près de Poullaouen
Du château de Tymeur s’en vient le char des morts
La colère poignardée gît sous un drap de lin
Mon gaillard a tari le champ libre de l’homme

Le soir a mis des cendres sur les ombres
Voici le temps perdu de la voix qui s’émeut
L’obscur se fait plus pesant près des flammes
L’obscur se fait plus pesant près du feu

 


Like it? Share with your friends!

0

Gwerz de Sébastien Le Balp

log in

reset password

Back to
log in