Plandemia 4 – mai 2021


Avant la lecture de ce Plandemia 4, il est utile de lire Restez chez vous, dans la rubrique Analyses, et les trois précédents Plandemia, dans la rubrique Divers.

Nous réitérons notre mise en garde coutumière :

Nous ne cautionnons pas toujours l’entièreté du contenu des reportages, avis, textes, chansons, analyses, etc., de ce que nous proposons dans cette Plandemia 4. Aux lecteurs de trier, analyser, prendre partie. Notre modeste contribution souhaite que nous nous renforcions contre la dictature mondiale de plus en plus affirmée.

Les politiciens seront toujours des mafieux, des parlementeurs-nés… sauf le croate Ivan Vilibor Sinçiç ? En tout cas, ce dernier n’a pas peur de planter le fer là où ça fait mal :

A HK et les Saltimbanks d’ouvrir le bal avec leur dernière chanson Dis-leur que l’on s’aime, dis-leur que l’on sème :

De plus en plus de gens comprennent que la pseudo pandémie ne repose sur rien de scientifique… d’où la plaisanterie suivante :

Une femme demande à son médecin : quand cette épidémie va-t-elle finir, docteur ? Celui-ci de répondre : Je ne sais pas, je ne fais pas de politique !

Plus sérieusement, Pascal Sacré argumente contre la propagande de Big Pharma :

La Tribune REINFO : Pascal Sacré – La nuance contre la propagande

On voit clairement, dans cette vidéo, comment c’est un rapport de force, comment la médecine officielle, pasteurienne, est au service du capitalisme… et refuse tout débat « scientifique » ! Les bourgeois ne discutent pas, jamais, ils imposent, ils mentent, ils complotent, ils abusent, etc.

Les Goguettes (en trio mais à quatre) en remettent une couche, avec Elle est Pfizer :

« C’était trombose pour être vrai ! »

Mais si, en plus, les merdias mainstream s’y mettent… où va-t-on ?

24h Pujadas, l’info en questions – ▶️ #Confinement – Les rassemblements extérieurs sont-ils aussi source de contaminations ? | Facebook

Et il est encore de prétendus anarchistes, ou auto dénommés révolutionnaires, qui lèchent le knout étatique et obéissent et suivent les consignes des mafieux au pouvoir et « croient » en la pandémie !

Nous préférons réécouter une habituée du site, la belle Ingrid Courrèges avec Ce qui est irresponsable :

Nous qui fouillons toutes traces de critique de ce monde orwellien, sommes tombés sur cet article. A méditer.

L’ARNm inactive les protéines suppressives de tumeur et favorise le cancer.

C’est un choc dans le milieu médical ! Des scientifiques de Sloan Kettering découvrent que les vaccins ARNm favorisent la prolifération des cellules cancéreuses.

Il y a une couche secrète d’informations dans vos cellules appelée ARN messager, située entre l’ADN et les protéines, qui sert de lien critique. Maintenant, dans un véritable choc médical pour le monde entier de la philosophie des vaccins, les scientifiques de Sloan Kettering ont découvert que l’ARNm lui-même transportait des changements CAUSANT le cancer – des changements que les tests génétiques n’analysent même pas, volant complètement sous le radar des oncologues du monde entier.

Il est donc temps pour les laboratoires indépendants qui ne sont pas des fabricants de vaccins (ou embauchés par eux) d’effectuer des tests de diagnostic sur la série de vaccins Covid et de découvrir s’il s’agit d’inoculations conduisant le cancer qui, une fois la série terminée, provoqueront des tumeurs cancéreuses au sein des masses vaccinées qui se sont toutes précipitées pour échapper à la peur et à l’influence de la propagande.

Bienvenue dans le monde des vaccins expérimentaux connus sous le nom de «technologie» d’ARNm.

Des messagers du cancer inconnus auparavant, se cachent dans l’ARN, pas dans l’ADN.

Cette découverte époustouflante devrait être publiée sur tous les sites d’informations médicales, journaux, émissions de nouvelles télévisées et sur le site Web du CDC, mais à moins que vous ne lisiez cet article et n’utilisiez DuckDuckGo comme moteur de recherche, vous ne le verriez probablement jamais. C’est parce que Google est sur “la bonne voie”, avec Big Pharma et le VIC – le complexe industriel des vaccins. Voici donc une explication plus approfondie de ce que nous recherchons, pour de vrai, en ce qui concerne l’ARNm et les vaccins.

La molécule porteuse d’informations, l’ARN messager, peut finalement instruire les cellules humaines de la même manière que les moteurs du cancer, jouant un rôle majeur dans le développement du cancer tout en inactivant les protéines naturelles de suppression des tumeurs que le corps humain crée pour vous sauver du cancer.

C’est tout le contraire de ce que les CDC et les fabricants de vaccins disent à tout le monde en ce moment sur les vaccins Covid, et cela est basé sur la recherche clinique menée par des biologistes moléculaires au Sloan Kettering Institute.

Même le séquençage de l’ADN dans les cellules cancéreuses ne révèle pas ces changements, c’est à quel point les vaccins sont sournois.

C’est comme un cheval de Troie qui dit à vos cellules d’autoriser ces modifications, comme si elles étaient sûres, mais ce n’est pas le cas.

Toutes les hypothèses faites sur le fait que l’ARNm est « sûr » actuellement ont été complètement tournées à 180 degrés avec cette recherche. Considérez cela très attentivement si vous n’avez pas encore été vacciné avec la technologie ARNm, et vous voudrez peut-être faire appel à un avocat si vous avez déjà reçu les injections.

Après votre vaccination Covid, l’ARN est transporté hors du noyau de votre cellule et ne fonctionnera plus correctement en tant que suppresseur de tumeur cancéreuse.

Bill Gates et le complexe industriel des vaccins sont très sinistres, comme nous le savons tous, mais créer des vaccins qui tronquent (désactivent en coupant court) les suppresseurs de tumeurs cancéreuses et détruisent la capacité du corps humain à se protéger contre le cancer, eh bien, c’est une folie totale.

Les protéines suppresseurs de tumeurs tronquées sont similaires aux mutations d’ADN qui provoquent la mutation et la multiplication incontrôlables des cellules cancéreuses.

Le monde verra-t-il les cas de cancer monter en flèche au cours des prochaines années en raison des vaccins Covid?

Seul le temps nous le dira, mais pour le moment, la science révèle que c’est probable. Portez-y une attention particulière.

Par conséquent, quiconque a peur de mourir des vaccins Covid est pro-science plutôt qu’anti-science, car la science montre que la technologie de l’ARNm est très dangereuse, en particulier en ce qui concerne les protéines qui alimentent les tumeurs cancéreuses. Disons encore une fois: la science montre que la technologie d’ARNm peut alimenter la croissance des tumeurs cancéreuses.

Un nombre important de personnes atteintes d’un cancer du sang ont la MÊME inactivation des gènes suppresseurs de tumeur au niveau de l’ARNm.

Les scientifiques ont également découvert qu’une quantité substantielle de personnes atteintes d’un cancer du sang, alias leucémie lymphoïde chronique (LLC), ont exactement la même inactivation des gènes suppresseurs de tumeur au niveau de l’ARNm.

En fait, les changements d’ARNm qu’ils ont détectés pourraient éventuellement expliquer les mutations d’ADN manquantes, ce qui annonce de mauvaises nouvelles pour tous ceux qui pensent que la série de vaccins Covid est «sûre et efficace». C’est très bien, pour supprimer les protéines anticancéreuses, pourrait-on en conclure.

Même si seulement la moitié (troncature partielle) des changements d’ARNm dans les cellules humaines a lieu, il suffit de «remplacer complètement la fonction des versions normales qui sont présentes», selon l’équipe de scientifiques de Sloan Kettering.

Ces changements peuvent également s’appliquer à 100 gènes différents en même temps, de sorte que les changements peuvent s’additionner rapidement et avoir des répercussions terribles sur la santé.

Bien sûr, les médias grand public rejetteront toute connexion établie par ces découvertes, mais ils sont payés pour régurgiter les discussions sur la pharmacie, ce n’est donc pas du tout surprenant.

Il est important de noter que les modifications de l’ARNm, selon les chercheurs, ne se limitent pas au cancer du sang, mais ont été liées au cancer lymphatique aigu et au cancer du sein. Cela pourrait-il signifier que nous examinons un nouveau mécanisme de contrôle de la population caché dans l’ARN messager?

Environ 20 000 personnes aux États-Unis développent chaque année une leucémie lymphoïde chronique «LLC». Combien commenceront tranquillement à le développer maintenant, puis le verront soudainement «apparaître» dans cinq ans?

Les symptômes comprennent la fatigue, une hypertrophie des ganglions lymphatiques et des sueurs nocturnes.

Vous êtes-vous déjà fait vacciner à l’ARNm et avez-vous déjà ressenti ces symptômes? Ces symptômes figurent-ils sur l’étiquette d’avertissement – la notice du vaccin? Les avez-vous lus?

Il n’y a qu’un seul «traitement» offert à l’heure actuelle pour la LLC par le complexe industriel pharmaceutique, et c’est la greffe de moelle osseuse de cellules souches.

Oh, mais ce n’est recommandé que si votre LLC est «susceptible» d’avancer. Vos vaccins à ARNm vous qualifient-ils maintenant comme «susceptible» de progresser avec la leucémie lymphoïde chronique «LLC»?

Les sources de cet article incluent : mskcc.org, vaccins.news et newstarget.com.

Loin de nous l’envie d’effrayer avec ces nouvelles alarmantes, mais nous n’avons pas peur de la réalité, au contraire elle alimente notre rage contre elle et notre joie de vivre! Amore e rabbia !

Une petite pause avec Franjo :

Nous ne voyons aucun cynisme dans les sketches de Franjo, sinon la réalité crue, présentée sous forme d’humour. Le cynisme est plutôt du côté des « décideurs » mafieux… qui manient allègrement des arguments style « bénéfice-risque »… sachant que c’est nous qui prenons tous les risques pour leurs bénéfices !

Allez, encore une couche :

Sinon, aux Etats-Unis, c’est business as usual, les flics tirent les blacks comme des lapins : 260 exactement, depuis le début de l’année (à la mi-avril). Réactions de notre classe sociale après un énième assassinat :

Etats-Unis: hautes tensions après la mort d’un jeune homme noir tué par la police (photos) – Le Soir

Pour se remettre debout, un peu de punk-rock sera nécessaire ! Le groupe Fraction nous propose un vigoureux Dictature sanitaire :

FRACTION – Dictature sanitaire (clip) – Bing video

Nous conseillons régulièrement la lecture du site neosante.eu. Allez dans la rubrique Archives et lisez celles de 2020 et 2021. Un exemple ici :

Deux Belges Failles Dans L’iceberg | NéoSanté Editions (neosante.eu)

Replongeons dans l’humour, avec Félix DHJAN :

Un petit éclairage sur l’univers « scientifique » pourri, avec Louis Fouché :

Un autre reportage intéressant du même Louis Fouché, intitulé Déferlement totalitaire & libertés :

Pour vous rassurer, voici des infos intéressantes : on ne meurt pas plus en France en 2020 qu’en 2015. Voici l’explication, un petit peu compliquée mais lumineuse (à partir de 22’30 pour cette question précise) :

https://www.youtube.com/watch?v=ZKGGAXDRVzI&ab_channel=REINFOCOVIDTV

En fait youtube a supprimé cette vidéo, que vous pouvez retrouver sur le site de reinfocovid: Le Collectif Reinfo Covid – Un éclairage différent et nécessaire

Partout des esprits clairs et des gens courageux s’opposent à la dictature qui s’impose. Ici Jean-Dominique Michel :

Réponse à Mme Laurence Bezaguet Grobet de la Tribune de Genève suite à son article « Quelque 200 manifestants affichent leur colère » – Anthropo-logiques (tdg.ch)

En annexe 1, nous donnons une réponse d’une camarade.

Nous donnons toutes ces infos, non pas pour vous convaincre, vous êtes assez grands pour vous faire votre opinion, mais pour vous donner des arguments dans vos discussions avec des indécis sympas… et il y en a beaucoup.

On ne se lasse pas de chanter notre refus de ce monde aux ordres des deux Bigs, Pharma et Data. Voici une très belle version forestière du tube de l’année, Danser encore, d’HK et les Saltimbanks, avec des paroles délicieusement autres :

En annexe 2, la lettre de Santé Corps Esprit, du 21 avril 2021, qui décrit encore un peu plus le fonctionnement des mafieux complotistes, assoiffés de pouvoir et d’argent.

Mais, camarades, ne baissons pas les bras. Ca commence à bouger au pays d’AstraZeneca :

Cinq personnes arrêtées lors d’une manifestation massive à Londres contre les restrictions sanitaires – RTL Info

Ainsi que la lutte contre la dictature, en Birmanie :

Birmanie: des rebelles annoncent avoir «pris» une base de l’armée – Le Soir

Enfin, une dernière info, intéressante à analyser :

Coronavirus: 140 personnes «vaccinés» par erreur au sérum physiologique en France – Le Soir

Nous ne croyons pas les merdias officiels. Ces doses n’étaient-elles pas destinées aux puissants de ce monde ? Comme cette ministre allemande de la santé, ainsi que les soldats de l’armée allemande, lors de la supercherie H1N1… vaccinés sans les adjuvants ! Nous ne sommes ni dupes, ni naïfs ! Nous savons que nos maîtres ne vivent pas comme nous. Que leur credo est : faites ce qu’on vous dit, pas ce qu’on fait !

Allez, une petite dernière pour la route, avec une version intéressante du Déserteur :

Déserter la dictature (sur l’air du Déserteur, de Boris Vian)

Élus du Parlement
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le cran.

J’ai reçu, c’est navrant
Mes papiers sanitaires
Pour aller faire la guerre
À des moulins à vent.

Honte à ces viles normes
Je ne suis pas sur terre
Pour mettre en bétaillère
De fiers et libres Hommes.

Nous sommes sous le joug
D’une secte de savants fous
Et quand la nuit s’avance
Mon vertige est immense.

Messires les factotums
D’une démocratie fantôme
Vos luttes dérisoires
Font les jeux du Pouvoir.

Le miroir aux alouettes
D’une bulle techno-artificielle
Vous a coupé les ailes
Et mène à notre perte.

Jetez vos muselières
Et ces lois assassines
Qui invoquent une fièvre
Le plus souvent bénigne.

Au désert de la peur
Où flétrissent les rêves
Jamais ne montera la sève
Qui fait chanter les cœurs.

Katriel, Quimperlé, 11 avril 2021

Camarades, continuons à résister, discutons, manifestons, organisons-nous, serrons-nous les coudes, renforçons-nous, dansons aussi, réfléchissons, bref, vivons, aimons !


Annexe 1 :

Je sens que son auteur est profondément indigné et je partage évidemment ce sentiment d’indignation. Mais il me semble que l’indignation de l’auteur reste en demi-teinte.

Il y a dans ce beau texte une sorte d’angle mort, quelque chose que son auteur ne voit pas : la barbarie TOTALE du monde capitaliste. L’auteur postule en effet que dans le monde capitaliste, la sphère politique (l’Etat) existe à côté de la société (la sphère de l’économie). Il estime alors que les mesures imposées par tous les États (la sphère politique) l’ont été en « pure perte »… pour la société (la sphère économique). L’État aurait gagné quelque chose et la société aurait perdu ce que l’Etat aurait gagné. On se sent obligé du coup de se mettre du côté des perdants par souci d’équité et pour faire enfin régner la justice. De se mettre dans la peau d’un expert comptable avec le projet de sauver quelque chose DANS le monde capitaliste.

Pour ma part, je ne vois pas du tout les choses comme ça : j’ai la conviction de n’avoir rien à gagner dans ce monde barbare car je sais que j’y ai d’avance tout perdu, que ce soit dans sa société ou dans son État. D’abord parce que dans le monde capitaliste, l’État et la société n’existent pas à côté l’un de l’autre mais forment un système, une totalité. Que moi aussi, je suis emprisonnée dans cette totalité et que je ne peux en sortir qu’à condition de m’enlever mes œillères et de prendre le point de vue du tout.

Dans le système capitaliste, ce qui est légal est en même temps illégal et ce qui est moral n’en est pas moins immoral. Il n’y a pas non plus d’un côté les corrompus (les illégaux, les illégitimes et les immoraux) et de l’autre les sacrifiés (qui bizarrement seraient aussi du côté de la loi, de la légitimité et de la moralité). Tout ça se mélange constamment dans chaque maille du système.

Contrairement à l’auteur, je pense qu’il ne faut être ni du côté de la loi et de la morale (lesquelles d’ailleurs ?) ni du côté opposé. Barbarie capitaliste = domination totale de ce que Marx appelle la loi de la valeur dans TOUTES les sphères de l’activité humaine : politique, économique, publique, privée, utile, inutile, que cette activité vise le bien/le mal, le bon/le mauvais, le beau/le laid : toutes ces choses sont devenues semblables car réductibles à des quantités… de valeur.

Dans toute cette histoire du covid, la loi barbare de la valeur que les économistes voient comme une loi naturelle, une sorte de destin de l’humanité, a renforcé son emprise sur nous via ceux qui la font régner qu’ils soient politiciens, hommes d’affaires, scientifiques honnêtes ou malhonnêtes. Leur soif de pouvoir, de fric et d’instruments de torture matériels et immatériels est sans limites car par définition, la valeur est potentiellement infinie. Je pense qu’on ne peut briser le cercle du tout capitaliste qu’en arrêtant de tourner en rond dans sa société ou dans son État. Ce ne seront en tout cas jamais les miens.


Annexe 2 :

Santé Corps Esprit – La lettre du 21 avril 2021

Est-il « complotiste » de dire qu’on nous prive de traitements qui marchent ?

Cher(e) ami(e) de la Santé,

Déclaration du Pr Perronne sur CNews, il y a quelques jours :

« Il y a des études sérieuses qui montrent que si on prend de la vitamine D, on réduit de moitié le risque de mortalité de la Covid.

Il y a des études qui montrent que les gens qui ont une carence en zinc meurent davantage. »

En direct, le Pr Perronne confirme aussi l’efficacité de l’hydroxychloroquine, de l’ivermectine et même de la plante Artemisia Annua.

Le journaliste Pascal Praud est interloqué :

« Mais quel serait l’intérêt d’un gouvernement de nous plonger (dans le confinement) – c’est ça que je ne comprends pas ! »

Robert Ménard, sur le plateau, renchérit :

« Je veux bien critiquer le pouvoir mais il n’y a quand même pas un complot – si c’est simple de soigner, je suppose qu’on nous l’aurait dit ! »

Je comprends leur réaction.

S’il existe des traitements efficaces contre la Covid-19, pourquoi ne seraient-ils pas recommandés par les autorités ?

C’est la question qui tue.

Et il faut y répondre.

Prenons l’ivermectine : grâce à plus de 20 études randomisées, nous savons avec certitude que cette molécule a une très grande efficacité contre la Covid-19 – en prévention, en traitement précoce et à l’hôpital [1].

Et pourtant, ces dernières semaines :

L’Autorité européenne du médicament (EMA) a déconseillé ce médicament (« les données disponibles ne soutiennent pas son utilisation pour le Covid-19 en dehors d’essais cliniques ») ;

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a conclu que les preuves d’efficacité n’étaient pas « concluantes » et a déconseillé son utilisation en dehors d’essais cliniques ;

Et l’Agence française du médicament (ANSM) a refusé d’accorder à l’ivermectine une « recommandation temporaire d’utilisation », estimant qu’on ne peut pas « présumer d’un bénéfice/risque favorable ».

C’est d’autant plus ahurissant que le risque de l’ivermectine est nul : il n’y a strictement aucun risque sérieux aux doses recommandées, ce qui est très rare pour un médicament.

Contrairement au vaccin AstraZeneca, par exemple (qui a notamment tué un étudiant en médecine en pleine santé), l’ivermectine ne cause pas d’effet indésirable grave. On le sait avec certitude, grâce à trente ans de recul et plusieurs milliards de doses prescrites, y compris à des enfants et des personnes âgées.

Il n’y a donc aucun risque à essayer (risque = 0), et plus de 20 études randomisées [2] qui montrent que l’ivermectine réduit la charge virale, évite les hospitalisations et sauve des vies (bénéfice = +++).

Et je ne vous parle même pas de son utilisation en Inde, au Zimbabwe ou au Mexique, où l’ivermectine a donné des résultats impressionnants sur les hospitalisations et la mortalité.

Mais si tout cela est vrai…

… cela voudrait dire que l’ANSM, l’EMA et l’OMS sont soit des imbéciles, soit de grands criminels.

Car dans cette hypothèse, ces agences seraient en train de déconseiller un traitement qui sauve des vies.

Pour la plupart des gens, c’est un peu difficile à avaler.

Même moi, je suis extrêmement surpris et choqué de ces prises de position !

J’ai beau connaître sur le bout des doigts les dérives de notre système de santé et l’influence de Big Pharma, je n’imaginais pas qu’on pourrait en arriver là.

C’est pourquoi je comprends que des « non-spécialistes » comme Pascal Praud ou Robert Ménard soient sceptiques.

Comment croire – sauf à être « complotiste » – que les grands experts de l’ANSM ou de l’OMS puissent se tromper… ou nous tromper à ce point ?

Je vais essayer de répondre à cette question centrale, avec plusieurs arguments.

D’abord, il faut bien comprendre que le Pr Perronne n’est pas isolé, loin de là.

Premier argument : ne croyez pas au pseudo « consensus scientifique »

Quand on n’est pas du métier, il est normal de croire que les Agences du Médicament ou l’Organisation mondiale de la Santé incarnent le « consensus scientifique ».

Mais ce n’est pas le cas.

Ils ne reflètent que l’avis d’un petit groupe de scientifiques, qui sont eux-mêmes sous la pression énorme d’influences politiques et financières.

En parallèle, de très nombreux scientifiques et médecins indépendants du monde entier plébiscitent l’ivermectine, comme :

L’Alliance FLCCC aux États-Unis, menée par le Dr Kory, a témoigné en décembre dernier de l’efficacité hors norme de l’ivermectine devant le Sénat américain [3] ;

Le groupe BIRD en Grande-Bretagne, emmené par la Dr Tess Lawrie, a publié un rapport d’expert de 105 pages en faveur de l’ivermectine [4] ;

Le Dr Andrew Hill, consultant pour l’Organisation mondiale de la Santé, a réalisé une revue d’études concluant à une probable réduction de la mortalité de 75 % [5] ;

Au Japon, l’Association médicale de Tokyo a recommandé publiquement ce médicament [6], suivi par le Prix Nobel qui a découvert l’ivermectine.

En France, c’est le courageux Dr Gérard Maudrux qui a rédigé une synthèse implacable de toutes les preuves de l’efficacité de l’ivermectine [7].

Il faudrait aussi parler des milliers de médecins de terrain qui ont été convaincus par les études publiées et prescrivent quotidiennement l’ivermectine ou l’hydroxychloroquine – comme les médecins du réseau « Laissons les médecins prescrire » en France.

Et puis, il y a plusieurs États qui recommandent officiellement l’ivermectine contre la Covid-19, notamment la République tchèque et la Slovaquie.

Ne croyez pas qu’il y ait un « consensus scientifique » contre l’hydroxychloroquine, l’ivermectine ou la vitamine D : l’apparence du consensus est fabriquée de toutes pièces !

C’est simple : les médecins et scientifiques favorables aux traitements précoces sont censurés.

Censurés par l’Ordre des Médecins, qui a interdit formellement aux médecins d’en parler ouvertement.

Souvenez-vous du Dr Erbstein, médecin généraliste dans le Grand Est, qui avait soigné avec succès ses patients avec de l’azithromycine, du zinc et un anticoagulant – dès qu’il a parlé de ses résultats dans la presse, l’Ordre des Médecins l’a appelé en lui disant : « vous faites ce que vous voulez, mais vous ne dites rien ».

Dans la foulée, il a été poursuivi par l’Ordre des médecins et risque la radiation… exactement comme le Pr Raoult et 10 autres médecins qui ont osé parler des traitements qui marchent.

Bref, ne vous étonnez pas qu’il n’y ait pas plus de médecins qui défendent ces traitements à la télévision : ils risquent de perdre leur gagne-pain s’ils le font !

Il n’y a que quand vous êtes à deux doigts de la retraite, avec votre carrière derrière vous (et une bonne dose de courage !), comme le Pr Perronne ou le Dr Maudrux, que vous pouvez oser vous exprimer publiquement et librement !

A tout cela, s’ajoute la censure des médias.

C’est le journaliste Pascal Praud qui l’a reconnu, sur CNews :

« Je vous ai invité, Pr Perronne, je vais vous dire pourquoi : vous ne serez invité nulle part, en fait.

Le service public ne vous invitera pas. Vous êtes considéré comme complotiste, comme politiquement incorrect, comme mal-pensant, etc. » [8]

Et voilà comment on « fabrique » un pseudo-consensus, en n’invitant à la télé et à la radio que les médecins qui tiennent le même discours.

Comme la Pr Karine Lacombe, qui pense que « la vitamine D ne sert à rien ».

Après l’avoir entendue à la télévision, les gens pensent que son opinion incarne le consensus scientifique.

En réalité, sur la vitamine D, les sociétés savantes françaises se battent entre elles.

Vous avez d’un côté l’Académie de Médecine elle-même, et 6 sociétés savantes qui réclament à cor et à cri qu’on utilise la vitamine D en prévention et traitement de la Covid-19 [9].

Et de l’autre, vous avez le Haut Conseil à la Santé Publique qui sort un rapport expliquant – contre toute évidence – que la vitamine D et le zinc ne servent à rien [10].

Puis, les médias font comme si ces désaccords n’existaient pas.

Ils ont même réussi à discréditer, aux yeux de beaucoup de gens, le plus grand expert français des maladies infectieuses, le Pr Didier Raoult !

Pourtant, le Pr Raoult a l’avantage d’avoir fait une carrière immense sans le moindre lien avec Big Pharma… ce qui en fait un « oiseau rare » dans la profession.

Par chance, cet esprit libre est en plus à la tête d’un Institut de recherche indépendant de renommée mondiale (l’IHU de Marseille), dont il ne peut pas être « viré » – contrairement au Pr Perronne qui a perdu ses fonctions de chef de service de l’hôpital de Garches.

Et pour couronner le tout, le Pr Raoult a son propre média, sa chaîne YouTube, sur laquelle il peut dire ce qu’il veut, en toute indépendance.

Dans une de ses vidéos récentes, il a parfaitement expliqué le problème actuel :

« Il y a eu une guerre menée contre les anciens médicamentsNous avons une situation qui est devenue complètement fantasque : les médicaments les mieux connus au monde, les moins toxiques du monde ont été considérés comme étant des poisons dangereux – l’hydroxychloroquine avant, et maintenant l’ivermectine. »

Pourquoi ? Parce que, dit le Pr Raoult :

« L’utilisation de médicaments anciens qui ne coûtent rien ne rentre pas dans la perspective de l’obsolescence programmée – c’est-à-dire de vouloir à tout prix que les vieilles molécules soient obsolètes, pour que l’on paie très cher de nouveaux médicaments. »

Il ajoute, comme pour prévenir une objection « facile » :

« Je ne sais pas si c’est du « complotisme » que de repérer qu’il y a des réseaux de lobbys qui tiennent absolument à empêcher la prescription de médicaments qui soulagent et qui ne coûtent rien ».

Encore une fois, ne croyez pas que le Pr Raoult serait « seul contre tous ».

Grâce à un sondage réalisé par le Quotidien du Médecin, on a appris que la majorité des médecins français ont désapprouvé vertement les décisions du Ministre Olivier Véran sur l’hydroxychloroquine [11].

Et avec raison : une grosse étude rétrospective iranienne [12], menée sur près de 30 000 patients positifs au Sars-Cov-2 vient d’apporter une nouvelle preuve de l’efficacité de l’hydroxychloroquine.

Dans cette étude, l’hydroxychloroquine donnée en traitement précoce :

Réduit le risque d’hospitalisation de 38 % ;

Et réduit la mortalité de 73 %, ce qui est considérable.

Mais les autorités et les médias ont réussi à faire croire que le Pr Raoult était isolé, dernier des mohicans à défendre sa « potion magique », alors que plus de 200 études scientifiques réalisées par des chercheurs du monde entier ont montré son efficacité en traitement précoce [13].

Je m’aperçois que j’ai déjà été long, alors je vous réserve mes autres arguments pour la semaine prochaine !

Bonne santé,

Xavier Bazin

 


Like it? Share with your friends!

0

Plandemia 4 – mai 2021

log in

reset password

Back to
log in