Tyrannie


 

Frédérik Mey naît à Berlin en 1942. Parfait bilingue, il fait une partie de sa carrière en France et publie plusieurs albums en français… dont, en 1972, le 45T Tyrannie qui contient la chanson éponyme qui nous intéresse. Nous classons d’emblée celle-ci parmi les grandes chansons de prison connues. Voir Beau comme une prison qui brûle dans la rubrique Divers.

Tyrannie parle d’un prisonnier torturé, mais ne donne aucune indication de lieu, ni de date, ce qui lui donne une validité générale. L’époque ne manque pas d’endroits où la torture est pratiquée à grande échelle : Brésil, Ouganda, Grèce, Israël, Maroc, Espagne, Portugal… qui vont augurer des atrocités à venir en Argentine, Chili, Uruguay…

En Amérique latine, dans les années ‘70, les tortionnaires sont encadrés, enseignés, supervisés par leurs homologues français, forts de leur expérience en Indochine et en Algérie. A relire et revoir le livre et le docu de Marie-Monique Robin Escadrons de la mort, l’école française (2003).

A un moment donné le prisonnier dit : «J’ignore de quoi on m’accuse. » Il faut se souvenir de la stratégie des différents Etats contre la révolution, par exemple en Argentine. Lors de l’opération Condor, appelée la « guerre sale », il fallait traquer les militants, mais aussi ceux qui les soutenaient.

Ainsi, en 1976, le contre-amiral Luis María Mendía expliquait à des marins que, pour sauver « l’idéologie chrétienne et occidentale », la marine devait pratiquer la torture et mettre en place « un système d’élimination physique à travers les avions qui, en vol, jetteraient les corps vivants et drogués dans le vide, afin de leur donner ainsi une ‘mort chrétienne’. »

En Argentine, on parle de 30.000 « disparus ».

De même, fin 1977, le général Ibérico Saint-Jean, gouverneur de Buenos-Aires, déclarait : « D’abord, nous tuerons tous les agents de la subversion, puis leurs collaborateurs et puis enfin leurs sympathisants ; ensuite viendront les indifférents et enfin pour terminer les indécis

C’est dans cette opération de terreur à grande échelle que s’est retrouvé le prisonnier dont parle la chanson.

Une chanson illustre parfaitement cette réalité, Desapariciones (Disparitions) qu’écrit (en 1984) et chante Ruben Blades :

Nous sommes toujours surpris de l’inhumanité de ce système, basé sur l’argent, le profit, l’exploitation, etc. Tyrannie s’attaque courageusement à un sujet encore plus ou moins tabou : les assassinats et les tortures par les différents corps de police, en toute impunité, partout dans le monde, phénomène qui, même s’il s’amplifie en période de contre-insurrection, est quotidien. Ainsi, en France, il y a une quinzaine d’assassinats impunis, par an, à l’actif de la police.

Frédérik Mey rejoint avec certains de ses titres (Le politicien, Gaspard…) la veine des chanteurs engagés, dont la révolution a besoin. Notre mémoire de lutte n’est pas morte qui survit au travers de telles chansons. Celle-ci, Tyrannie, dénonce, avec sensibilité, nos ennemis, les tortionnaires et le système qu’ils défendent, le capitalisme.

Une autre magnifique chanson de Frédérik Mey, en allemand, appelle à la désertion, au crachat sur l’armée, la guerre, la destruction, Nein meine Söhne geb’ich nicht (Non, je ne donnerai pas mes fils), en 1986, qu’on peut écouter et lire (en allemand, français, etc.) ici :

https://www.antiwarsongs.org/canzone.php?id=1787&lang=fr


Paroles

Desapariciones

Que alguien me diga si han visto a mi esposo
Que quelqu’un me dise s’il a vu mon mari
Preguntaba la Doña
Demandait la Doña
Se llama Ernesto X, tiene cuarenta años
Il s’appelle Ernesto X, il a quarante ans
Trabaja de celador, en un negocio de carros
Il travaille comme gardien, dans un commerce de voitures
Llevaba camisa oscura y pantalón claro
Il portait une chemise foncée et un pantalon clair
Salió anoche y no ha regresado
Il est sorti hier soir et n’est pas revenu
Y no sé ya qué pensar
Et je ne sais plus quoi penser
Pues esto, antes no me había pasado
Puisque ca ne m’était jamais arrivé avant

Llevo tres días
Ca fait trois jours
Buscando a mi hermana
Que je cherche ma soeur
Se llama Altagracia
Elle s’appelle Altagracia
Igual que la abuela
Comme sa grand-mère
Salió del trabajo pa’ la escuela
Elle est sortie du travail pour aller à l’école,
Llevaba unos Jeans y una camisa clara
Elle portait des jeans et une chemise claire
No ha sido el novio, el tipo está en su casa
Ca n’a pas pu être son petit copain, le type est chez lui
No saben de ella en la PSN ni en el hospital
Elle n’est pas à la PSN ni a l’hôpital

Que alguien me diga si han visto a mi hijo
Que quelqu’un me dise s’il a vu mon fils
Es estudiante de pre-medicina
Il est étudiant en médecine
Se llama Agustín y es un buen muchacho
Il s’appelle Agustín et c’est un brave garçon
A veces es terco cuando opina
Parfois il est borné quand il donne son avis
Lo han detenido, no sé qué fuerza
Il a été arrêté par je ne sais quelle force
Pantalón claro, camisa a rayas
Pantalon clair, chemise à rayures
Pasó anteayer
Il est passé avant-hier
A dónde van los desaparecidos
Où vont les disparus ?
Busca en el agua y en los matorrales
Cherche dans l’eau et dans les buissons
Y por qué es que se desaparecen
Et pourquoi est-ce qu’ils disparaissent ?
Por qué no todos somos iguales
Pourquoi ne sommes-nous pas tous égaux
Y cuándo vuelve el desaparacido
Et quand le disparu revient
Cada ves que lo trae el pensamiento
A chaque fois que les pensées le ramènent
Cómo se le habla al desaparecido
Comment est-ce qu’on lui parle au disparu ?
Con la emoción apretando por dentro
Avec l’émotion qui nous étreint intérieurement

Clara, Clara, Clara Quiñones se llama mi madre
Clara, Clara, Clara Quiñones se nomme ma mère
Ella es, ella es un alma de Dios
Elle est, elle est une âme de Dieu
No se mete con nadie
Ne rentre jamais en conflit avec personne
Y se la han llevado de testigo
Et ils l’ont emmenée comme témoin
Por un asunto que es nada más conmigo
Pour une affaire qui me concerne
Y fue a entregarme hoy por la tarde
Et elle m’a dénoncé cet après-midi
Y ahora dicen que no saben quién se la llevó
Et maintenant ils disent qu’ils ne savent pas qui l’a emmenée
Del cuartel
Du commissariat

Anoche escuché varias explociones
Cette nuit j’ai entendu plusieurs explosions
Patún pata patún pete
Patun pata patun pete
Tiro de escopeta y de revolver
Tir de carabine et de revolver
Carros acelerados frenos gritos
Voitures, accélérations, freinages, cris
Eco de botas en la calle
Echo de bottes dans la rue
Toque de puertas por dioses platos rotos
Coups frappés à la porte, vaisselle cassée
Estaban dando la telenovela
C’était l’heure du feuilleton
Por eso nadie miró pa’fuera
C’est pour ça que personne n’a regardé dehors


Tyrannie

Il y a cinq pas d’un mur à l’autre
Six de la porte au lit de camp
Et la fenêtre est bien trop haute
Pour voir ce qu’il y a dehors
À part un carré de ciel sombre.
Je n’aime pas ce temps maussade
Il doit être près de sept heures
Ils ont pris ma montre bracelet
Mes vêtements et mes chaussures
Et ils m’ont vêtu de treillis.
Et ils m’ont vêtu de treillis.

J’ignore de quoi ils m’accusent
Pourquoi donc toutes ces questions?
Pourquoi l’attente interminable?
Pourquoi cet interrogatoire
Si j’ignore ce qu’ils me veulent?
Il y a à peine quelques heures
Qu’ils sont venus en pleine nuit
Avec leurs mitraillettes aux poings
Ils m’ont entraîné ici
Comme on emmène un assassin

J’ai cessé de hurler de rage
Et mes mains saignent et me font mal
À force de cogner à la porte.
J’ai versé la soupe par terre
Et brisé le bol sur le mur
Ils m’ont frappé l’un après l’autre
Ils m’ont tondu les cheveux
Mais je n’avais rien à leur dire
Et pour ça ils m’ont supprimé
La couverture de coton

Aujourd’hui j’ai mangé la soupe
Du bouillon et du pain moisi
Et après l’interrogatoire
Ils ont assombri ma cellule
Je ne sais s’il fait jour ou nuit
Nul bruit ne traverse ma porte
Mon souffle est tout ce que j’entends
Et autour de l’ampoule nue
Suspendue à un bout de câble
Le vol énervé d’une mouche

Puis j’entends leurs pas qui résonnent
Ils sont à trois pour me chercher
Debout, j’attends dans un bureau
Leurs questions sont toujours les mêmes
Parfois je tombe de fatigue.
Ils me conduisent à ma cellule
Et leurs pas s’éloignent enfin
Pour revenir l’instant d’après
Ou peut-être après quelques heures
Et tout recommence à nouveau

Je connais le chemin à prendre
Les yeux fermés sous un bandeau
J’entends un enregistrement
Où ma voix donne des réponses
Que je n’ai jamais pu donner
Je n’ai plus aucun sens de l’heure
Cette mouche qui tourne en rond
A vraiment eu de la malchance
De s’égarer dans ma cellule
D’être prise avec le larron

Et ils ont cassé mes lunettes
Et j’entends leurs ricanements
Quand ils ont coupé à mon doigt
Mon alliance avec une pince
Je n’avais pas pu l’enlever
Je n’ai qu’à dire ce qu’ils veulent
Et je retrouverai la paix
Ma couverture de coton
Peut-être un supplément de soupe
Je signerai tout simplement

 


Like it? Share with your friends!

0

Tyrannie

log in

reset password

Back to
log in