De dödsdömda


 

La poétesse suédoise, Karin Boye, écrit un poème, en 1927, De dödsdömda (Les condamnés à mort) en hommage à Sacco et Vanzetti qui venaient d’être assassinés par l’Etat américain. Le chanteur contestataire suédois Ian Hammarlund le mettra en musique (en 2000) et le chantera, perpétuant la mémoire de nos camarades et la condamnation des tueurs étatiques. Vous saurez tout sur cette chanson, sa traduction française et son interprétation sur cet excellent site, mainte fois cité ici, antiwarsongs :

https://www.antiwarsongs.org/canzone.php?id=6683&lang=fr


Paroles

Les condamnés à mort

Au grand tribunal,
Après la sentence de mort,
Les condamnés parlent
De ce qui les attend encore.

L’un dit alors à l’autre :
Personne ne sait ce qui nous incombe,
Peut-être est-ce le début seulement
D’une aventure qui nous attend.

Tes joues sont blanches,
Comme la braise ardente
Vives comme la flamme,
La mort a du temps encore.

Étincelants, audacieux et fiers
Nous nous en allons sans honte,
Étincelants, audacieux et fiers.
L’âme brille et ensuite, monte.

Dans l’espace vide et glacé
Par les vents transportés,
Là où le bois est plus cassant
Jaillissent deux rayons ardents,

Où le bois est plus cassant
Jaillissent deux rayons ardents.

 


Like it? Share with your friends!

0

De dödsdömda

log in

reset password

Back to
log in