Dodo, métro, boulot, dodo


Eddy Mitchell n’est pas un chanteur contestataire. A peine, si l’on peut retenir Société anonyme, en 1966 :

Mais en 1970, il co-écrit avec Jean Edouard Barbe (l’auteur de Versaillais, Versaillais à écouter dans Vive la Commune, dans la rubrique Divers) Dodo, métro, boulot, dodo, sur une musique de Pierre Papadiamandis. Elle ne fera pas date et passera quasi inaperçue ! Pour une fois qu’Eddy s’aventure sur le terrain glissant de la contestation de ce monde pourri, pas de chance !

Les paroles sont simples et dépeignent un quotidien grisâtre que des milliards de citadins subissent. La ville c’est notre prison et comme dit la chanson, on rentre dans nos cellules, le soir, pour récupérer quelque peu, et repartir au petit matin… la vie à petit feu, quoi !

Jusqu’à quand, camarades, allons-nous supporter ça ?

 


Paroles

Société anonyme

Dans un building de vingt étages
L’été comme l’hiver
Tu travailles pour une société
De cent mille actionnaires
Ton nom ici n’existe pas
Tu n’es qu’un numéro
Pour être sûr de te garder
On te donne ce qu’il faut

Rien n’est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme

Afin d’augmenter son standing
Un jour la Société
A fait construire
Près du building
Une belle cité
Et l’on t’a dit d’autorité:
« Voici l’appartement
Pour le paiement tout est réglé
On vous aidera vingt ans »

Rien n’est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme

Pour les week-ends on est gentil
On te prête une auto
Elle est graissée
Elle est lavée
Une vingt-trois chevaux
Ta p’tite amie te voit de loin
Quand tu viens la chercher
Car sur les portes on lit très bien
Le nom d’la Société

Rien n’est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme

Après trente ans d’un dur labeur
Courbé par l’ambition
Même si tu finis directeur
Un monsieur au grand nom
Que feras-tu quand arrivera le jour de l’addition
Lorsque les anges près de Saint-Pierre
Ensemble te diront

Rien n’est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme
Rien n’est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme
Rien n’est à toi
Tu ne vaux pas un seul centime
Tout appartient à la Société Anonyme

 

Dodo, métro, boulot, dodo

Je n’ai jamais vu ma voisine
Mon Alcatraz, c’est Paris
Dans ma cellule : deux-pièces cuisine
Je mange, je dors, je bois, je ris

Dès le matin, dans mon bureau
Je pense déjà à mon dodo
Midi : sandwiches et re-boulot
Tout en parcourant les journaux

Dodo, métro,
Chacun pour soi dans son ghetto
Boulot, dodo,
Dodo, métro, boulot, dodo

Encore un jour d’éliminé
D’autres viendront qu’il faudra tuer
Dans la cohue, on griffe, on pousse
Mais la télé nous attend tous

Mais le samedi avec Mireille
Nous rêvons aux grands arbres verts
Dans sa superbe banlieue dortoir
Je lui fais l’amour tard le soir

Dodo, métro,
Chacun pour soi dans son ghetto
Boulot, dodo,
Dodo, métro, boulot, dodo


Like it? Share with your friends!

1

Dodo, métro, boulot, dodo

log in

reset password

Back to
log in