Les archers du roi


Albert Santoni écrit Les archers du roi, en 1960. Le répertoire de Santoni ne laissait pas prévoir une telle dénonciation des puissants, même resituée quelques siècles plus tôt. Mais bon, nous faisons nôtre cette chanson météorite, comme l’ont fait de nombreuses chorales militantes. Ce n’est pas la première fois qu’un chanteur laissera son cœur s’ouvrir quelque peu à la critique sociale et pondra une chanson qui dénote dans sa production habituelle.

Bref, la chanson, mise en musique par André Pontin, décrit les abus de pouvoir d’un certain roi… on parlerait d’un président à l’heure actuelle !, et tous ceux qui l’écoutent peuvent facilement transposer les exemples d’il y a quelques siècles à ceux contemporains.

Ceux qui détiennent le pouvoir en abusent, évidemment, de façon éhontée, décomplexée, scandaleuse, horrible.

Nous y mettrons fin… bientôt !

En attendant, réécoutons cette chanson :

En 1961, Simone Langlois chante un dernier couplet (rajouté par elle ou Albert Santini… on ne le sait pas).


Paroles

Ils ont commencé la saison
En fauchant les moissons
Avec les sabots de leurs coursiers

Ils sont venus à la maison
Ils ont pris les garçons
Sans demander permission

Je les ai vu courber l’échine
Sous les coups de fouet qui pleuvaient
Cordes d’acier bardées d’épines
Qui les mordaient les saignaient

Non ne me demandez pas
De saluer les archers du roi (bis)

Et tout là-haut sur la colline
La potence est dressée
Pour pendre ceux qu’on a condamnés

On y accroche au matin
Le mendiant qui a faim
Le bandit de grands chemins

Celui qui dans sa misère
Voulut maudire le nom du roi
Parce qu’il lui avait pris sa terre
Son blé sa réserve de bois

Non ne me demandez pas
De saluer les archers du roi (bis)

Derrière chez moi il y avait
une fille que j’aimais
et qui m’avait donné ses printemps

Mais un jour on l’a emmenée
pour aller assister
à la noce d’un archer

J’ai vu des tours tomber la pierre
j’ai entendu les gens hurler
son corps fut jeté sans prières
sur le bas-côté d’un fossé

Non ne me demandez pas
De saluer les archers du roi (bis)

Couplet rajouté en 1961 :

Dans mon village il y avait
Un garçon que j’aimais
A qui j’avais donné mes printemps

Mais ils sont venus le chercher
Et parce qu’il a résisté
Ils ont tué mon amant

J’ai vu des tours tomber mon Pierre
J’ai entendu les gens hurler
Son corps fut jeté sans prières
Jamais je ne pourrai l’oublier.

Non ne me demandez pas
De saluer les archers du roi (bis)


Like it? Share with your friends!

0

Les archers du roi

log in

reset password

Back to
log in