La révolte de Pétignat


Les chansons qui parlent de lutte de classe sont rares, celles qui osent se réjouir quand on fout la pâtée aux cognes, aux condés, aux tortionnaires le sont encore plus. Voir dans la rubrique Analyses, Le Mal St-Martin.

La révolte de Pétignat est l’une d’elles.

Chanson anonyme, de 1740, on la connaît grâce à Serge Kerval. Première chanson sur ce site :

C’est l’histoire de paysans, représentés par Pétignat, qui vont présenter une requête à leur prince, celle de vivre décemment. Les fous ! Les inconscients ! L’officier de la garde prétend au prince, soulagé, qu’il lui sera facile de mater ces prétentieux.

Les séditieux vont alors s’organiser de manière à laisser les gens d’armes entrer dans une bâtisse et les assommer l’un après l’autre : « Autant d’entrés/ Tant d’assommés. »

Toute la chanson est basée sur ce moment où notre classe sociale a vigoureusement renversé le rapport de forces et triomphé des forces répressives.

L’axe est clairement en faveur de ces camarades d’hier qui ont montré la voie : audace, détermination, cohésion, rage, humour.

Et pourtant, l’histoire a oublié cette chanson, ou bien l’a remisée dans un placard politiquement correct, en omettant le passage le plus important où les manants foutent sur la gueule des gendarmes !

Ce site redonne le contexte historique : http://www.lafeuillecharbinoise.com/?p=789

On écoutera avec plaisir cette comptine avec nos enfants en leur disant : vous voyez, on n’a pas toujours vécu à genoux !

Trinquons à la santé des paysans amis de Pétignat.

Pour en savoir plus sur les révoltes paysannes, on pourra lire, entre autres, quatre ouvrages :

La Jacquerie, de Maurice Dommanget (Maspéro, 1971) ;

Croquants et nu-pieds, d’Yves-Marie Bercé (Folio, 1974) ;

Les soulèvements populaires en France au XVIIème siècle, de Boris Porchnev (Flammarion, 1963) ;

Fureurs paysannes, de Roland Mousnier (Calmann-Lévy, 1967).


Paroles

S’il faut vous dire comment mener
Le paysan et l’ouvrier
Eh bien mettez-vous tous à boire
Je vous raconterai son histoire
Eh bien mettez-vous tous à boire
Je vous raconterai son histoire

Le prince et tous ses courtisans
Ecrasait les pauvres paysans
Pétignat part de sa province
S’en va porter ses plaintes au prince
Pétignat part de sa province
S’en va porter ses plaintes au prince

Il lui dit Sire le paysan
A droit comme vous d’avoir du pain
L’ouvrier n’est pas un esclave
Qui ne doit boire que de l’eau
L’ouvrier n’est pas un esclave
Qui ne doit boire que de l’eau

Pendant ce temps un officier
Dit au prince j’connais mon métier
J’ai là cinquante gendarmes à pied
Pour prendre Pétignat et l’enfermer
J’ai là cinquante gendarmes à pied
Pour prendre Pétignat et l’enfermer

Nous n’sommes que peu dit Pétignat
Nous n’sommes que peu mais ça ira
Enfants ouvrez la porte bien large
Pour leur livrer libre passage
Enfants ouvrez la porte bien large
Pour leur livrer libre passage

Ils les laissèrent tous bien entrer
Autant d’entrés tant d’assommés
Si bien qu’il ne resta d’la troupe
Que l’officier pour boire la goutte
Si bien qu’il ne resta d’la troupe
Que l’officier pour boire la goutte

Voilà comment faut faire à tous
Foutre au tyran la paix au cul
Sitôt qu’nous aurons la victoire
Comme Pétignat nous pourrons boire
Sitôt qu’nous aurons la victoire
Comme Pétignat nous pourrons boire

 


Like it? Share with your friends!

0

La révolte de Pétignat

log in

reset password

Back to
log in